Singa hamata

Singa hamata fem. 1/1

 

Milieu : sur des joncs, champ marécageux (81)

Taille : 4,5 mm  Date : 05 avril 2014   Sexe : femelle

 

Description : jolie araignée dont le céphalothorax est brun, plus foncé antérieurement même quasi noir, glabre; les chélicères sont brun foncé. L’abdomen est ovale, couvert de petits poils fins clairs, avec un habitus caractéristique du genre. Il est brun et blanc crème, et porte une tâche médiane blanche antérieurement, puis une fine ligne médiane blanche qui se prolonge jusqu’aux filières, bordée de deux larges bandes brunes. On y voit également des lignes horizontales blanches qui rejoignent les flancs dentelés de blanc crème. La face ventrale est noire avec quelques tâches jaunes. Ses pattes sont brun/jaune annelées de brun foncé, des poils fins et de courtes épines foncées. Les pédipalpes sont brun/jaune avec les extrémités brun foncé et de petits poils noirs.

ID supposée mais incertaine, risque de confusion avec Singa nitidula, mais le milieu et le dessin des lignes horizontales sont à la faveur de S. hamata. Résultats genitalia à venir.. Résultat: individu qui restera en Singa sp. car trop juvénile.

Perso : J’étais en visite d’observation dans un champ inondé où il y avait quelques joncs. Parmi quelques araignées habituelles à ce type de biotope, je vois cette belle demoiselle, pas encore rencontrée. Cette petite aranéide est d’un genre facilement identifiable à l’œil nu grâce aux dessins typiques de son abdomen. Assez timide il faut être patient aux milieux des joncs pour pouvoir la photographier sous un bon angle. Elle a aussi tendance à se figer en position rassemblée de défense. Jolie rencontre surtout qu’elle n’était pas l’espèce la plus répandue dans ce petit marais ensoleillé…

Singa hamata

Hypsosinga albovittata

Hypso. albovitta. fem. 1/1

 

Milieu : en bout de branche de pyracantha, jardin friche (81)

Taille : 2 mm  Date : 31 mars 2014   Sexe : femelle juvénile

 

Description : toute petite araignée au céphalothorax brun foncé présentant une courte bande médiane blanche, finissant en pointe, sur le dessus, ce qui caractérise entre autre cette espèce. Comme les Araneidae, on voit quelques poils un peu longs autour la zone oculaire; les chélicères sont bruns avec une tâche plus foncée au centre. L’abdomen est couvert de petits poils fins clairs et montre une large bande médiane blanche sur la moitié antérieure, d’aspect marbrée, elle porte une fine ligne brune en son centre. Les flancs sont bruns dentelés avec une dessous une mince bande blanche; la zone postérieure est blanche, avec des lignes horizontales en accent circonflexe, et légèrement tronquée. La face ventrale présente un sternum et un abdomen noir, avec des hanches brun/jaunes, unies. Ses pattes sont brun/jaune avec quelques minces anneaux noirs, des poils fins et des épines foncées. Les pédipalpes sont de la même couleur que les pattes, fins avec de petits poils noirs aux extrémités.

ID confirmée sur forum, les caractéristiques ne laissent aucun doute même avec sa taille juvénile!

Perso : Alors que je relâchais une Zoropsis spinimana dans mon jardin, en me relevant je jette un œil aux branches du piquant pyracantha.. et là.. en bout de branche je vois cette minus. Cette araignée est sensée être dans les branches plutôt basses, ici, elle était à 1.50 m du sol, sans toile. Comme c’est une jeunette, elle devait se chercher encore un endroit ou s’établir peut être. J’ai donc fait la séance photo sur place, pas facile à main levée avec ce petit gabarit!! Toute timide la cocote s’est tout même exécutée pour les clichés. Une jolie minus, pas facile à repérer, qui doit être toujours dans mon jardin avec une clique de son espèce.. A revoir adulte!

Hypsosinga albovittata

Araniella sp. femelle 2

Araniella sp. fem. 2 1/1

 

Milieu :sur des genévriers, colline sèche (81)

Taille :3,5 mm   Date : 18 février 2014   Sexe : femelle

 

Description :petite araignée, au céphalothorax brun rouge avec quelques poils fins clairs. L’abdomen pourvu de longs poils éparses translucides, est gonflé, typique du genre, d’un jaune clair sur sa face dorsale. La partie antérieure est presque blanche, tandis que l’arrière est rouge brique. Partant des filières, autour desquelles il y a une tâche rose foncée , on y trouve aussi 2 lignes de 4 petits points noirs caractéristiques. La face ventrale est verdâtre avec une bande médiane plus foncée. Les pattes pourvues d épines noires et de petits poils fins clairs sont brun jaune. Les pédipalpes sont brun jaune avec de petits poils fins.

ID  limitée au genre car les espèces ne peuvent se distinguer qu’avec des examens « génitalias », même les clichés d’épigyne sont difficiles, ici non visible. En attente de résultat d’examen… Résultat : individu trop juvénile pour être défini, donc restera en sp.!

Perso : Une cocotte à la teinte jaune, variant des teintes vertes déjà trouvées. Très jolie avec sa tête rouge, elle a un air timide craquant, pourtant elle est très vive. Trouvée dans ces buissons piquants que sont les genévriers, elle s’y camoufle parfaitement. J’ai decidé d’en faire analyser une histoire de connaître une espèce avec certitude, cela peut servir pour des comparaisons visuelles à l’avenir, où même avoir une donnée plus précise.

Araniella sp. femelle 2

Gibbaranea gibbosa mâle

Gibb. gibbosa mâle 1/1

 

Milieu : camouflé dans l’écorce d’un cerisier, jardin (81)

Taille : 6 mm   Date : 23 février 2014   Sexe : mâle

 

Description :épeire à la teinte générale grise, dont le céphalothorax noir est couvert de petits poils beiges et gris clair. La zone oculaire montre des yeux médians en X, les yeux postérieurs sont plus gros; la face est poilue également, les chélicères sont brun/noir poilus. Son abdomen est caractérisé par deux tubercules antérieurs, ici avec une pointe rouge, au milieu desquels on voit des marques blanches médianes. Il a une forme triangulaire vu de haut et les poils courts qui le couvrent semblent faire des petits tourbillons. Le folium brun foncé présente des traits horizontaux noirs, il est bordé de vert pâle caractéristique de l’espèce. Les pattes beiges portent de fortes épines courtes, sont fortement annelées de noir, et poilues blanc/noir; elles paraissent même noires annelées de beige finalement.. Les pédipalpes sont noirs avec de gros bulbes brun foncé ornés de poils clairs.

Perso : Je me souviendrai longtemps de cette séance à cause de sa difficulté insoupçonnée! Je profitais du soleil dans le jardin d’une amie, et je n’ai pas pu m’empêcher de regarder le tronc de ce cerisier sur le point de fleurir. Mes yeux ont croisé ce petit mâle presque immédiatement, et grâce à son vert pâle j’ai su que je ne l’avais pas encore dans mes données. Les photos commencent, mais le camouflage était si parfait, qu’à chaque fois que je quittais l’œil du viseur, je le perdais de vue. J’ai pourtant un peu l’habitude et bien je vous assure que je n’avais jamais vu tel camouflage puisque je mettais presque 1 minute à chaque fois pour le repérer à nouveau. Et pourtant il ne courait pas partout dans tous les sens, il était calme et timide! Je n’ai pas vu de toile, beaucoup de fils désordonnés.. J’ai également cherché la femelle mais pas trouvée, pas encore du moins.. Défi!

Gibbaranea gibbosa mâle

Mangora acalypha juvénile

Mangora aca. fem 1/1

 

Milieu : sur ma main, litière, chemin au bord du tarn (81)

Taille : 3-4 mm  Date : 12 janvier 2014  Sexe : femelle

 

Description :petite araignée au céphalothorax jaune translucide, montrant une bande médiane noire plus prononcée postérieurement et un liseré noir sur le pourtour, à la base. Les yeux sont noirs, les chélicères jaunes se fonçant aux extrémités. L’abdomen est jaune, marbré de blanc latéralement et antérieurement avec une ligne médiane jaune. La partie postérieure de l’abdomen montre une bande large marron orangé, bordée de deux lignes noires qui débutent avec deux points noirs caractéristiques au milieu de l’abdomen. Les pattes sont beige rosé, translucides avec de petites épines fines, annelées de noir/brun sauf sur les fémurs. Les pédipalpes sont beige rosé avec de petits poils noirs aux extrémités.

ID  modèle juvénile!

Perso : en prospection d’araignées en bord de rivière, j’ai aperçu cette petite cocote sur ma main! Je venais de faire une pause, allongée dans une litière, et hop, cette petite araignée « bouteille » s’est imposée pour la séance photo. Je me suis exécutée.. Elle était très rapide, et courait dans tous les sens sur le dos de ma main, puis elle se figeait et tentait de faire du ballooning (technique pour les jeunes araignées qui consiste à lancer un fil de soie dans les airs et se faire emporter par une brise afin d’assurer la dispersion)… Elle ne s’est finalement pas envolée depuis ma main, et je l’ai reposée dans les herbes. Pourvu qu’elle n’ait pas attéri dans la rivière dans ses envies d’ailleurs, même si les dangers sont partout pour ces petites araignées juvéniles!

Mangora acalypha juvénile