Ballus chalybeius femelle

Ballus chalybeius fem. 1/1

 

Milieu :  branches basses d’un chèvrefeuille sauvage (81)

Taille :4 mm   Date : 24 juin 2014  Sexe : femelle

 

Description :salticidae dont le petit céphalothorax est noir couvert de poils blanc/gris avec un liseré glabre foncé à la base. Ses yeux sont cerclés de petits poils gris et les chélicères sont brunes. L’abdomen est plat, il possède une tâche cardiaque beige, entourée de brun/rouge puis de blanc, qui se prolonge en deux volutes à ovales noirs, puis on constate des petits chevrons brun/rouge postérieurement au milieu de poils blancs et beiges. Les flancs sont bruns marbrés de blanc et de noir; la face ventrale est foncée, délimitée avec un trait noir, et son sternum est brun foncé. Les pattes sont blanches et translucides avec des petites torsades noires et de courts poils clairs. Les pattes I sont plus fortes, avec les fémurs, patelles et tibias brun/noir. Les pédipalpes sont noirs, puis blancs aux extrémités.

Perso : Cette espèce était assez représentée dans ce beau et odorant chèvrefeuille jouxtant une marre. Mais je n’ai vu que des femelles, et cette belle était la plus grosse de toutes, sans doute déjà gravide. Je l’ai choisie car on voyait nettement sont habitus dorsal bien dessiné, avec des allures de lys royal! C’était donc une reine pardi! Toujours très timide, j’ai du mal à figer cette petite espèce de face, qui baisse souvent le tête et qui rase le sol quand elle n’est pas sur des branches ou des herbes. Restant sur l’impression première que m’avait laissé ce genre, je ne peux m’empêcher de les surnommer les « petites souris » des salticides… « Sa Majesté Souris » est donc repartie régner sur dans son joli royaume végétal.

Ballus chalybeius femelle

Ballus chalybeius juvéniles

Ballus chaly. mâle 1/1

 

Milieu :loge dans écorce de chêne (81)

Taille :3 mm   Date : 11 février 2014  Sexe : juvéniles

 

Description :petite salticide au petit céphalothorax brun qui est couvert de poils gris/beiges; deux petits traits beiges sont visibles postérieurement et se prolongent dans le même axe sur l’abdomen. Les joues restent glabres, les yeux entourés de petits poils gris/beiges et les chélicères sont jaune foncé. L’abdomen est brun/rouge avec quelques poils clairsemés beiges, il présente deux points noircis, et des traits horizontaux beiges postérieurs. Les pattes sont blanc/jaune et translucides avec des petites torsades noires. Les pattes I sont plus fortes avec les fémurs, patelles et tibias brunis; les pattes II présentent un petit anneau brun clair au niveau fémur/patelle. Les pédipalpes sont bruns, avec les bulbes blancs pourvus de courts poils clairs.

Perso : Dénichés dans un petit bois de chênes, dans l’écorce et dans leurs loges voisines… Deux petites merveilles que je rencontrais pour la première fois. J’avais déjà craqué sur leur cousin Ballus rufipes  qui est une petite souris trop craquante… Mais là je tombe sur deux juvéniles, peut-être deux frères du même âge, qui m’ont fait un petit cirque une fois sortis de leurs loges. Tout comme leur cousin, ils sont timides, et pas trop rapides, sans être lents. Je n’ai eu qu’une expression qui m’est venue en tête dès que je les ai vus: j’en mangerai!! Ils sont tellement à croquer, j’adore cette réserve et cette timidité qu’ils ont, c’est trop trop chou.. Ils sont restés ensemble, quelques fois ils se croisaient se faisaient quelques signes avec les pattes I et chacun poursuivait sa route mais tout en restant groupés. Il me faudra revenir à ce petit bois pour peut être rencontrer la femelle..

Ballus chalybeius juvéniles

Ballus rufipes

DSC_0052 copie

 

Milieu :  sur la terrasse de la maison  (81)

Taille : 4 mm  Date : 08 mai 2013  Sexe : femelle

 

Description : petite sauteuse dont le corps est noir avec des poils gris foncé, uniformément. Les pattes sont elles translucides blanches, avec des traits noirs qui s’enroulent, mais surtout la couleur orange vif sur les fémurs, trochanters et hanches qui déterminent clairement l’espèce.

Perso : c’est LA petite souris des sauteuses quoi… trop mimi, toute petite, toute grise, timide et pourtant chasseresse, elle baissait souvent le regard devant l’objectif. Une rencontre très attendrissante car en plus elle m’a offert le spectacle de chasser devant moi.

Ballus rufipes