Pholcus phalangioides

Pholcus phal. fem. 1/1

 

Milieu :dans la maison, au sol dans les toilettes (81)

Taille :6 mm Date : 25 mars 2014 Sexe : femelle juvénile

 

Description : araignée fine avec un large céphalothorax plat et blanc translucide, avec deux tâches grisâtres, typiques de l’espèce, bordant une ligne médiane claire. La face est blanche, avec trois groupes d’yeux à peine cerclés de brun foncé; les chélicères sont blanches avec une tâche brune aux extrémités. L’abdomen est un ovale allongé (presque tube adulte), brun rosé avec un folium très vague de tâches à peine plus claires; il y a une très fine et courte pilosité claire. La face ventrale est rose avec une bande médiane à peine plus foncée; le sternum est beige clair. Les très longues pattes sont blanches voir beige clair, avec des patelles marquées de noir, et un très léger anneau brun sur les fémurs. Les pédipalpes blancs sont tenus serrés contre les chélicères, un peu renflés avec quelques poils fins foncés.

ID quasi certaine, pas mal de critères pour le différencier visuellement de son cousin P. opilionoides même si je pense qu’il s’agit ici d’une femelle subadulte.

Perso : Arf, j’avais laissé cet article en brouillon depuis quelques mois déjà. Je me retrouve ne connaissant pas bien cette famille pourtant si facile à observer et à trouver. Nous en avons tous dans nos maisons et je ne prends pas encore la peine de voir si je dispose de plusieurs genres/espèces.. C’est à faire, à venir, même si ils sont difficiles à photographier car ils bougent sans cesse dès lors qu’ils se sentent menacés. Et ils avancent vite, même gauches sur le sol avec leurs jambes démesurées!! J’aime cette tête de « squelettor »et je suis sûre qu’il y a moyen, avec de la volonté, de faire de superbes clichés… Enfin, ne vous fiez pas à son allure fragile, ce sont de redoutables prédateurs d’araignées bien plus grandes, et de petits « feinteurs » quand ils s’agitent si rapidement dans leurs toiles qu’ils en deviennent invisibles pour leurs ennemis!

Pholcus phalangioides

Phoroncidia hankiewieczi

Phoroncidia hankiewieczi 1-1

 

Milieu : sur un conifère (31)

Taille: 2 mm Date: 18 septembre 2014 Sexe: femelle

 

Description : toute petite araignée au céphalothorax très particulier: majoritairement noir brillant, il montre une partie antérieure (zone occulaire) surélevée et « avancée », de couleur jaune/brun. Les quatre gros yeux principaux sont bien ronds et bruns; le clypeus est noir et les petites chélicères semblent brunes. Son abdomen granuleux, lui aussi très particulier, est comme formé de minuscules billes brillantes, avec beaucoup de relief; on voit une bande médiane creuse brun/noir,  bordée de deux ligne blanches avec des protubérances, dont deux plus pointues postérieurement. Les flancs sont rouge-grenat à l’avant, orangés à l’arrière et vers le haut des tubercules. Le sternum semble clair avec un point noir central, une bande horizontale marbrée de blanc est présente sur la partie postérieure ventrale de l’abdomen. Les pattes sont courtes, jaune/brun annelées de brun et de noir, avec un anneau plus large noir sur les fémurs et un petit anneau blanc au bout des tibias; les fémurs I me semblent plus épais et forment une vague. Les petits pédipalpes sont tenus serrés, fins, jaune/brun avec de fins anneaux foncés et clairs.

ID confirmée par genitalia. Araignée trouvée et identifiée par SD.

Perso : Quelle chance j’ai eu de pouvoir prendre des clichés de cette araignée « dinosaure » ou « extra-terrestre »… Difficile de lui trouver des adjectifs tant elle est surprenante, encore plus difficile à décrire, le tout renforcé par une taille de super minus!! Ce n’est donc pas moi qui a déniché cette merveille, mais j’ai pu la photographier vivante quelques jours après sa découverte. Elle ne se déplace pas rapidement, pas très à l’aise au sol, mais elle projette souvent ses pattes I en avant, comme si elle cherchait de quoi escalader pour se mettre à l’abri. Son environnement étant des branches, elle doit avoir une petite toile dans laquelle elle est plus à l’aise. J’espère pouvoir, à mon tour, en dénicher d’autres, elle a aussi une cousine très spéciale, et je n’ai aucune idée de l’aspect des mâles… Défi youhou, c’est très excitant!

Phoroncidia hankiewieczi

Pellenes sp. juvenile

Pellenes sp 1-1

 

Milieu : dans le trou d’une pierre au sol, causse  (81)

Taille : 3,5 mm Date : 25 août 2014 Sexe : juvénile

 

Description :  salticidae juvénile dont le céphalothorax est noir, avec deux bandes latérales blanches bordées de roux sur l’axe des yeux latéraux postérieurs; les côtés portent de nombreux poils blancs et deux fins liserés blancs entourent la base. La face est brune, les yeux cerclés de roux, et entre les yeux principaux il y a un tiret vertical blanc. Le clypeus est surmonté d’un bandeau blanc; les chélicères sont noires avec des traits verticaux de courts poils blancs. Son abdomen ovale noir montre une fine bande blanche ciselée; une bande blanche couvre la partie antérieure et se prolonge largement sur les flancs, mêlée de quelques poils roux. Les pattes sont brunes couvertes de petits poils blancs; les pattes I sont fortes avec les patelles et le haut des tibias rougeâtres, des fémurs plus glabres, des articles noirs. Les pédipalpes sont jaunes, munis de poils blancs.

ID laissée en « sp. » car juvénile par SD; les adultes sont indispensables pour les identifications; un genre complexe même visuellement!

Perso : Pour identifier cette petite merveille avec certitude, il était là aussi trop tard dans la saison, ou peut-être trop tôt puisque il est question ici de juvéniles qui se reproduiront dès le début du printemps suivant. Ce petit bout de chou est si craquant! Ce genre me décourage parfois tant il est difficile de séparer visuellement les espèces, mais c’est aussi paradoxalement un de mes préférés, les Pellenes sont splendides. La couleur n’est certes pas leur fort, bien que j’aime personnellement le contraste du noir et du blanc, mais c’est leur curiosité, leur comportement devant l’objectif, et leur regard facétieux, qui m’attire toujours, et me fascine! Vive les Pellenes haha… 

Pellenes sp. juvenile

Arctosa sp. juvenile

Arctosa sp 1-1

 

Milieu : errante sur la rive minérale d’une rivière  (81)

Taille : 5 mm Date : 25 août 2014 Sexe : juvénile

 

Description :  araignée juvénile au céphalothorax brun foncé, avec quelques vagues zones de poils clairs sur les côtés, et un liseré noir entourant la base. La face est noire avec quelques poils bruns, un clypeus mince et beige portant de rares poils blancs. Les chélicères sont brun/rouge avec des poils fins, clairs et plus longs. L’abdomen est un ovale allongé, brun mêlé de quelques poils blancs, avec une bande médiane bordée de deux tâches orangées antérieures, et de deux lignes de petits points blancs et noirs postérieurement. Les flancs sont bruns maculés de poils blancs. Les pattes sont déjà puissantes, beige/jaune annelées de brun/noir (fémurs plutôt zébrés/tâchés qu’annelés, avec quelques poils blancs) avec de fines épines noires. Les pédipalpes sont beige/jaune avec quelques tâches foncées, pointus et foncés aux extrémités.

ID laissée en « sp. » car juvénile par SD; effectivement, 3 espèces ont déjà été trouvées à ce même endroit.

Perso : Même juvénile, cette jeunette a déjà une sacrée ‘gueule’ d’Arctosa, dégageant une impression de force et de puissance d’une excellente chasseresse. C’est pour cela que j’ai quand même décidé d’en faire un article, et puis ce regard et ces belles tâches oranges valent bien quelques photos! J’arriverai peut-être, en retournant au même endroit, à lever le mystère de son identité précise, à moins que plusieurs espèces cohabitent au même endroit, et là, il faudra sans doute en faire passer une ou deux aux examens genitalia. Ça ne sera que du plaisir, tant les rives minérales de cette rivière sont belles, bordée d’un côté par de magnifiques falaises calcaires…

Arctosa sp. juvenile

Asianellus festivus juvenile

Asianellus festivus 1-1

 

Milieu : au sol et dans de petits buissons, causse  (81)

Taille : 3,5 mm Date : 25 août 2014 Sexe : femelle juvénile

 

Description :  petite salticidae juvénile, dont le céphalothorax noir est couvert de poils courts bruns et blancs, quelques uns foncés plus fins et longs, sont dréssés, avec une courte « cravate » noire glabre postérieure, et un fin liseré blanc discret sur le pourtour de la base. La face est haute, les yeux cerclés d’orange avec un large clypeus blanc et des poils plus longs au centre, juste au dessus des chélicères brunes. Son abdomen est brun/gris clair avec quelques poils beiges, une vague bande médiane bordée de points clairs et foncés, de courts traits horizontaux foncés postérieurs. Les pattes sont brun/jaune, fortement annelées de noir et quelques poils blancs, les fémurs sont plus clairs avec des tâches noires; les pattes I sont déjà légèrement plus fortes que les autres. Les pédipalpes ont des fémurs foncés, le reste des articles est brun/jaune avec des petits poils blancs.

ID donnée comme Asianellus/Aelurillus  femelle juvénile par SD après genitalia. J’ai choisi cependant de concrétiser mon penchant pour Asianellus à cause de la presque déjà visible courte bande blanche caractéristique sous les yeux principaux, mais surtout parce que j’ai trouvé une juvénile Aelurillus, visible ici, qui elle, porte des traits blancs typiques sur les côtés des yeux principaux, et un habitus bien différent. Cela reste des déductions suggestives, ces deux espèces sont proches, encore plus au niveau des femelles…

Perso : Rhaaa on ne se lasse pas de photographier de si jolies petites créatures, car même juvéniles, elles possèdent déjà de véritables expressions! Cette jeune demoiselle était curieuse de ce qui l’entourait, elle observait, tâtait, sautait, s’entrainant surement déjà pour sa survie et son adaptation. En voyant ces clichés et en écrivant cet article, je ne pense qu’à une seule chose avec une très très grande impatience : voir les adultes de cette espèce!!! Il me taaaaarde, ils sont splendides, avec une femelle imposante et un mâle sexy en diable… Le rendez-vous est pris pour ce printemps avec le Causse!

Asianellus festivus juvenile